Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Syllas le Dim 21 Juil - 19:08


Postérité de Years of Glory II


Comme vous l'aurez remarqué, le jeu a sérieusement ralenti. L'absence de nombreux joueurs (fatigue estivale habituelle), la baisse de ma propre motivation, le bordel engendré par les guerres pour les stats l'ont peu à peu tué. Au demeurant, c'est un excellent jeu, qui a vraiment énormément changé l'histoire, et qui a quand même bien tenu niveau temps. J'ai pris beaucoup de plaisir à vous modérer, dans les meilleurs comme les pires moments. La guerre en Europe de l'est a donné lieu à de splendides briefings stratégiques, j'ai vu d'excellents projets politiques et technologiques, et globalement vous avez fait une diplo de sales petits cachotiers comme d'habitude.

Pour vous remercier de tout cela, je vous offre un petit résumé de l'histoire du XXème siècle après Years of Glory II. J'espère qu'il vous amusera de le lire autant que pour moi de l'écrire. Encore une fois, merci à tous pour votre participation inestimable! Désormais, je ne vais sans doute plus participer ni faire de jeux de gestion, par soucis de temps IRL. Je passerai sans doute de temps en temps sur les forums pour discuter avec vous, alors laissez-moi un lien. Et je suis aussi disponible sur hamachi; demandez au parthe, à l'allemand ou à Sam, ils ont mes coordonnées hamachi.
Bis bald!



Après la chute de Staline, l'URSS connut une longue période de crise et de guerre, aussi bien intestine qu'avec ses voisins. A l'ouest, un armistice fut signé avec les occidentaux, qui a vu l'abandon de l'Ukraine et de la Biélorussie. Seuls quelque petits districts du Donbass ont pu être sauvés par les soviéitques. Dans le Caucase, trois nouveaux Etats, la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaidjan, sous influence alliée, sont nés. A l'est, l'invasion asiatique a échoué après trois difficiles années de combat, et un traité de paix a été signé, abandonnant l'essentiel des territoires à l'est du Baïkal aux japonais, ainsi que la Mongolie aux chinois. L'épuisement des deux côtés et les centaines de milliers de victimes chinoises comme soviétiques ont marqué cette ère.
A l'intérieur, l'Union Soviétique a entrepris un long mouvement de réforme, qui a culminé avec le 18ème congrès du parti communiste en 1941, qui a officiellement abandonné la ligne leniniste en faveur d'un socialisme plus modéré. Des radicaux et anciens staliniens se sont opposés, et les dernierse combats ne cesseront que fin 1945, laissant le pays gravement affaibli. Staline lui-même est exécuté à Perm en 1944, après une suspecte erreur de communication des ordres à ses géoliers.


L'effondrement de la puissance soviétique cause une série de changements massifs dans la balance des pouvoirs mondiaux. En Europe, l'Allemagne s'élève inexorablement au rang de puissance de premier plan, d'autant plus que ses liens avec les nouveaux pays d'Europe de l'est et la Pologne lui donnent des marchés et des alliés de poids. A l'intérieur, la vieille société impériale et weimarienne laisse peu à peu place à une société capitaliste et consumériste moderne, malgré tout encore empreinte du corporatisme et de l'esprit d'entreprise allemand. Superpuissance économique et scientifique, l'Allemagne démarre en 1949 le premier programme spatial, et lance en 1960 le premier satellite en orbite de la Terre, Umlaufbanssatellit-1.

La France continue d'être une nation de premier plan, d'autant plus qu'après de nombreux troubles politiques, l'ascension d'une nouvelle génération, marquée par la guerre à l'est, permet l'évolution des institutions. La Quatrième République, semi-présidentielle, est proclamée en 1945. En 1952, Charles de Gaulle est élu deuxième président de la république. Son patronage et son obsession pour la grandeur de la France permettent les premiers essais nucléaires dans le désert Algérien; c'est le premier usage de l'énergie atomique, jusque là objet de recherches théoriques. Du reste, sa politique étatiste et prestigieuse emmène le pays vers l'avenir, aboutissant à la création d'une société et d'une France nouvelles.

En Italie, le régime fasciste est auréolé de ses victoires contre l'URSS et les républicains espagnols, et poursuit sa consolidation. Son influence considérable autour de la Méditerranée l'inclut définitivement parmi les grandes puissances politiques et économiques. Son rôle dans l'indépendance Croate et le démembrement final de la Yougoslavie en 1950 est prépondérant, et son contrôle sur les Balkans du sud fort. La mort de Mussolini en 1969 et celle progressive des vieilles élites affaiblit le régime, qui s'effondre finalement en 1992, donnant naissance à une monarchie constitutionnelle.

L'Espagne, après la chute définitive des républicains en 1939, prend le chemin du franquisme, conservateur et catholique, tout en refusant de s'aligner sur Rome, causant une brouille durable entre ces deux grands pays latins. Après la mort du général Franco en 1975, le pays devient une monarchie constitutionnelle et prend la route de la démocratie.

La Hongrie et la Roumanie poursuivent leur renforcement pendant près d'une décennie, et la guerre est évitée de justesse en 1958 grâce à des négociations multilatérales, qui aboutissent à la création du Conseil de l'Europe. Ce dernier, après trois ans, donne naissance à la Communauté Economique Européenne (CEE), réunissant les principaux pays démocratiques et libéraux d'Europe de l'ouest. La Roumanie et la Hongrie, elles, règlent le litige des hongrois de Transylvanie en leur accordant une autonomie.

La Suède connait plusieurs années de troubles politiques, qui aboutissent finalement à la publication d'une nouvelle constitution, la plus démocratique jamais adoptée. Les difficiles années 30 ont conforté la population dans sa neutralité traditionnelle, tandis que le roi est contraint d'abdiquer en faveur de son fils après la révélation scandaleuse de ses liens avec les services secrets soviétiques. En 1965, la Suède rejoint la CEE.

La Turquie poursuit sa modernisation et sa politique amibitieuse, aboutissant à l'annexion de plusieurs districts de Syrie du nord au moment de l'indépendance de celle-ci. A l'intérieur, la doctrine kémaliste parvient à arracher le pays à son arriération et à ses traditions, et le propulse manu militari vers l'avenir. L'ombre de Moustafa Kemal continue encore de planer pendant plus d'un demi-siècle sur l'Anatolie.

Le Royaume-Uni connait de années assez difficiles après la guerre, d'autant plus que les agitations indépendantistes indiennes aboutissent, suivant les leaders Gandhi et Nehru, en 1952, à l'indépendance de l'Inde et du Pakistan. Malgré tout, le reste du Commonwealth demeure fidèle à la Grande-Bretagne, qui reste malgré tout une puissance mondiale incontournable. En 1975, le Royaume-Uni rejoint la CEE.


Le Canada connait ce qu'on appellera plus tard la "décennie noire". Des pénuries et des disettes ravagent le pays pendant plusieurs mois, puis c'est seulement grâce à l'aide massive de la métropole britannique que l'économie parvient à redémarrer. C'est un retard de plusieurs décennies de croissance et de développement démographique et infrastructurel dont souffre le pays, tandis que sa classe politique s'effondre proprement dit. En 1949, le Dominion of Canada Division Act est passé au parlement de Westminster, et aboutit à la création de quatre Dominions différents en remplacement du précédent: le Dominion du Québec, le Dominion du Bas-Canada, le Dominion de la Baie d'Hudson, et le Dominion de Victoria. En 1965, le Dominion du Québec quitte le Commonwealth.


Malgré les efforts de Roosevelt, les Etats-Unis demeurent isolationnistes. Puissance économique colossale et largement auto-suffisante, incapables de contester la supériorité des entreprises et industries européennes ayant recouvert de la crise de 29, ils se concentrent sur le continent Américain, et consolident leur influence en Amérique centrale et dans les Caraïbes. A partir des années 40, c'est la naissance d'une nouvelle société, consumériste et moderne, avec de nouvelles normes et de nouvelles habitudes. Renforcés par l'apport considérable de l'émigration canadienne et est-européennes, ils demeurent une puissance globale inattaquable.


En Amérique latine, le Vénézuela connaît une forte croissance grâce aux exportations de pétrole, mais la population en bénéficie rarement, et les coups d'Etat se succèdent. Les brésiliens et les américains se battent pour l'influence dans la région, et le pays stagne dans un état de développement médiocre pendant des décennies.
Le Brésil entre de plain-pied dans la modernité, voyant la création dès 1938 de sa nouvelle capitale, Brasilia, et de vastes nouvelles zones de peuplement et de développement dans le centre du pays. Les liens constitués avec les allemands et autres alliés européens durant la guerre persistent, et après plusieurs décennies, le Brésil est au début des années 70 l'une des plus grandes et solides économies mondiales.


L'Asie connaît également des mutations. La longue et difficile guerre en Sibérie menée par le Kuomingtang permet à la fois l'unité des chinois au sein d'un seul corps, mais affaiblit aussi en définitive l'autorité du généralissime Chiang Kai-Tchek, qui perd le pouvoir dans un coup d'Etat en 1945. Une longue série d'hommes forts issus de l'Etat-major lui succède. L'économie nationale est colossale, mais doit encore beaucoup se moderniser, mais les efforts consentis par les chinois, ainsi que la relative apathie de la direction font que les politiques entamées dans les années 30 sont poursuivies, et permettent de faire de la Chine, augmentée de la Mongolie et du Tibet, un pays de tout premier rang au début des années 70. Des troubles frontaliers avec le Japon et l'Inde sont ses seuls soucis.

Le Japon gagne d'importants territoires à l'est de la Yakutie et au Primorsk avec la guerre, mais à partir des années 40, le militarisme et l'unité nationale se fragmente suites aux défaites et semi-victoires en Sibérie, puis à l'absence d'ennemi. La prise de pouvoir par les libéraux en 1954 aboutit à une profonde mutation dans le pays, marquée par l'indépendance de la Corée en 1965, suite à une longue série de protestations pacifiques. Malgré cela, le Japon prend une influence éterminante dans l'indépendance des pays d'Asie du sud-est, et notamment durant la guerre d'Indochine, qui le place au bord de la guerre avec les français et leurs alliés. A la fin des années 1970, le Japon est une puissance forte, dotée de la troisième marine au monde, d'une industrie légèrement vieillissante et d'une population industrieuse quoique très traditionnaliste.

Dans le reste de l'Asie, les pays colonisés prennent peu à peu leur indépendance, souvent avec l'aide des chinois et des japonais. Toutefois, l'Inde et l'Indonésie se placent résolument en alliés des britanniques, qui combattent pour préserver leurs intérêts communs face aux puissances d'extrême-orient.


L'Afrique connait une décolonisation inégale et tardive, à partir des années 60. Cela commence par l'Algérie, qui connait une terrible guerre d'indépendance contre la France. En 1959, les accords d'Evian avec le FLN assurent la réélection du général De Gaulle en France, de même qu'ils voient l'accession à l'indépendance de cette nation. De nombreux autres nouveaux pays s'établissent, mais souffrent des tracés coloniaux des frontières, des influences des puissances et corporations internationales, et de leurs propres querelles intestines. Le continent est ravagé par les guerres et la pauvreté pour encore des décennies.



1983 est l'année durant laquelle le socialisme tombe finalement en URSS, suite à de longues périodes de pénuries et à des difficultés économiques à répétition. Yuri Andropov, président du Soviet Suprême, décrète le 25 décembre la fin de l'URSS, et l'indépendance de la Fédération de Russie. Après près de quinze ans de crise et de kleptocratie, le pays finit par sortir la tête de l'eau à la fin des années 90, avec l'accession au pouvoir d'un nouveau président: Vladimir Poutine.


Dernière édition par Syllas le Dim 21 Juil - 20:22, édité 1 fois

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Deutsches Bundesreich le Dim 21 Juil - 19:49

Bien dommage cette fin. Le jeu commençait à devenir encore plus intéressant Very Happy.

D'un point de vue jeu je suis extrêmement content j'ai atteint quasiment tous mes objectifs : Remilitarisation la plus pacifique possible, indépendance nationale, sauvegarde de la base technologique et industrielle allemande et anéantissement de l'encerclement diplomatique honteux dont l'Allemagne fut l'objet : l'alliance polonaise et l'affaiblissement russe invalidait l'encerclement et me permettait de me tourner vers les mers. On verra à l'ouverture des sous forums si cette alliance était viable, elle me semble l'avoir été. La diplomatie allemande est parvenue à trouver une oreille réaliste en France vis-à-vis des réparations et de l'armée, moins au Royaume-Uni mais celui-ci se trouvait de plus en plus isolé sur les questions navales avec le traité de Strasbourg. Je ne peux que souligner le pragmatisme carnute sur ce coup qui a semble-t-il compris qu'il était préférable que ce réarmement allemand se fasse sans arrière pensées vis-à-vis de la France qu'avec (il aurait quand même eu lieu).

Sur le plan de la modération je ne peux qu'adresser mes félicitations à Syllas pour son travail de qualité, manifestement éreintant mais je déplore quand même la fin du jeu ! C'est injuste, je n'ai pu atomiser Moscou ! Remboursez ! Plus sérieusement je déplore juste la faible fréquence des rapports d'espionnage mais on pouvait survivre sans. Tant mieux.

Pour la part je ne sais pas si je serai encore en mesure de suivre des jeux de ce type à l'avenir. Je verrai mais j'en doute fort. Si tout se passe bien pour moi j'entrerai en septembre, dans ma dernière année de Master. Année éreintante. Il est donc possible et même probable que YOG II ait été mon dernier jeu. Et donc plus chaleureusement encore, merci.


Dernière édition par Deutsches Bundesreich le Dim 21 Juil - 20:18, édité 1 fois

Deutsches Bundesreich

Messages : 853
Date d'inscription : 27/04/2012
Age : 98
Localisation : Berlin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Royaume de Hongrie le Dim 21 Juil - 20:13

Je n'ai qu'un mot à dire: Merci !

Merci Syllas pour cette nouvelle aventure, qui à l'image de tes autres jeux, fut excellente. Mais aussi un merci pour les joueurs qui surent mettre en valeur ton travail (de grande qualité) de MJ ! Comme toujours, immersion, précision et réalisme étaient présent et cela est tout simplement jouissif !

Mon seul regret, c'est qu'à chaque fois, comme je prends une nation de second rang, le jeu s'achève avant que j'arrive à mes objectifs personnels ou que je ne tente quoi que ce soit...

A présent, le dernier jeu par fofo qu'il me restait vient de rendre l'ame. Il n'y a plus de jeu sur de ce type (je crois bien que c'est une première depuis EF1). Pour ma part j'espère qu'un autre verra tout de même le jour, j'y participerais avec grand plaisir ! Je croise les doigts pour que la fin de YOG2 ne marque pas non plus la fin de ce type de jeu si particulier, melant cartes, chiffres, Histoire et RP...

Royaume de Hongrie

Messages : 302
Date d'inscription : 09/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Roumanie le Dim 21 Juil - 20:47

Un grand merci a Syllas pour tout son travail, et sa patience Smile

Roumanie

Messages : 108
Date d'inscription : 29/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Sam' le Dim 21 Juil - 20:51

Un grand merci à Syllas pour ce jeu, félicitation ! Je crois que je n'ai rien de plus à ajouter que ce qu'on dit mes collègues de jeu le sale Boche (quoi, bien le droit de rigoler Razz) et le Hongrois. Bonne continuation dans ta vie personnelle, et au plaisir de te revoir Wink

Sam'

Messages : 495
Date d'inscription : 09/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Syllas le Dim 21 Juil - 23:23

Merci à vous, me fait toujours plaisir!

Je vais aussi ouvrir tout les forums, afin que vous puissiez voir ce que tramaient les gens hé.

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  République Française le Dim 21 Juil - 23:27

Encore meilleurs que YOG Ier, bravo Syllas, et merci.

Ra dommage que ça ce termine avant que je n'ai put changer moi même la république Razz


_________________
Fait attention Invité Le Diable est avec toi Very Happy


SOYEZ PRÊTES !!!!:

République Française

Messages : 460
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Regno d'Italia le Lun 22 Juil - 0:31

Réellement excellent !

Je me suis personnellement amusé comme un petit fou.
Jouer un fasciste militariste et jusqu'au boutiste est extrêmement rafraichissant, et les luttes d'intérêts et soucis diplomatiques sont réellement prenant et passionnant.

J'ai quasiment réussi tout ce que je voulais, à savoir faire de l'Italie une grande puissance Européenne, posséder des bases navales et/ou aérienne en Espagne et Bulgarie afin d'assoir un contrôle efficace sur tout ce que passe en méditerranée, et commencer à reprendre les régions Balkaniques qui étaient sensée me revenir. Je suis un peu frustrer de ne pas avoir put récupérer la côte Dalmate, mais bon, c'est pas dramatique ^^

A noter que c'est définitivement cette période que je préfère, je peux laisser libre-court à mon imagination et ma passion de l'aéronautique militaire de cette époque, c'est un régal.

En fait, ce qui m'attriste le plus dans cette histoire, c'est que cela signifie que The Imperial Era ne verra jamais le jour. Sauver le Mexique ou achever l'unité de l'Italie m'aurait passionné. Vraiment dommage. Mais il est vrai qu'en tant que joueur, c'est déjà vraiment chronophage, alors en tant que MJ...

_________________
"Une guerre est juste quand elle est nécessaire"

De Principatibus, Niccolò Machiavegli.

Regno d'Italia

Messages : 456
Date d'inscription : 08/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Empire Pahlavi le Lun 22 Juil - 4:53

Sad

*agite son mouchoir de soie blanc et part sur la route de Paris et de Berlin*

Empire Pahlavi

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2013
Age : 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Chine Nationaliste le Lun 22 Juil - 14:12

Snif ! J'allais en terminer avec la Guerre à l'Est en beauté moi, et là, je me prends une vilaine victoire de Phyrrus ! Enfin bon, on dira que c'est le prix de mon absence.

Du reste, je pense devoir vous annoncer également que je rejoindrai la posture de Syllas à l'avenir. J'en ai un peu marre de passer mon temps derrière mon écran Smile.

Bonne continuation à tous, j'espère qu'une nouvelle génération de MJ vous permettra de continuer à jouer Wink !

_________________
Lao Tseu a dit : "Il faut trouver la voie ..."
Moi je l'ai trouvé ! Maintenant je vais vous aider ! Mais pour ça, je dois vous couper la tête !
Spoiler:

Chine Nationaliste

Messages : 415
Date d'inscription : 08/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Sam' le Lun 22 Juil - 17:28

J'espère la même chose qu'Espé. Aller les MJs, révélez-vous, c'est le moment, on a tous besoin de vous pour jouer =)

Sam'

Messages : 495
Date d'inscription : 09/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Royaume de Belgique le Lun 22 Juil - 17:47

Magnifique jeu au travers du quel je suis passé sans encombres ni influences *-* pour une fois que je me retrouve pas au cœur d'une guerre remarque ça faisait depuis RE que j'essayais de faire une partie sans trop de baston, et enfin je réussis... Je suis même passé au travers de la postérité de manière invisible xD m'enfin bon vu la neutralité sans doute trop fortes que j'ai développé...

Enfin bref : Merci.

Royaume de Belgique

Messages : 219
Date d'inscription : 21/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Brésil le Dim 3 Nov - 8:45

Je viens seulement de voir ce message !

C'était un super jeu qui m'a permit de découvrir le Brésil. Merci Syllas, c'était vraiment extra. En espérant te croiser sur un autre forum.

Brésil

Messages : 166
Date d'inscription : 01/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Postérité de Years of Glory: Fin du jeu

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum