Liste et description des factions, par importance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Liste et description des factions, par importance

Message  Syllas le Lun 23 Avr - 12:37

Pays jouables :


Pays déjà sélectionnés notés en orange.

Prioritairement :
Ce sont les grandes puissances mondiales. Sans elles, la partie ne pourra pas avancer correctement.

URSS, USA, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie


Puissances secondaires :
Des nations importantes pour la marche de l'histoire. Si elles sont jouées, la partie n'en sera que plus amusante !


Pologne, République de Chine, Pays-Bas, Belgique, Brésil, Argentine, Canada, Espagne 


Note: La Chine nationaliste, la Pologne et l'Espagne sont très difficiles à jouer et non-recommandées aux débutants.

Autres nations importantes et challenges :
Envie de vous amuser à transformer un petit pays arriéré en superpuissance mondiale ? Si vous aimez le challenge, passez par ici. Toutefois, il est préférable que les deux premières catégories soient déjà bien remplies avant ...


Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie, Suède, Hongrie, Finlande, Turquie, Mexique, Afrique du Sud, Australie, Perse


Note: La Hongrie, la Finlande et la Perse sont (très) difficiles à jouer et non-recommandées aux débutants.


Les nations restantes sont disponibles sur demande une fois les nations prioritaires et une partie des secondaires réparties.


Dernière édition par Syllas le Mar 21 Mai - 17:52, édité 11 fois

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste et description des factions, par importance

Message  Syllas le Mar 29 Mai - 21:51

Factions majeures et secondaires non-jouées



Union des républiques socialistes soviétiques
Régime politique : Stalinisme
Dirigeant : Josef Vissariovitch Djougashvili « Staline »
Difficulté : 5/10 - Moyenne

Description :
L'URSS est née de la révolution d'octobre 1917 laquelle a jeté à bas le régime bourgeois qui avait lui-même remplacé l'empire des tsars russes. Sous l'impulsion de Vladimir Oulianov « Lénine », c'est en tant que phare de la révolution marxiste-léniniste mondiale qu'elle se positionne, afin de crée la nouvelle société communiste et de lutter contre les ennemis du peuple, capitalistes, féodaux et autres classes du passé.
Depuis les jours riants de la révolution, les choses ont beaucoup changé. Lénine est mort, et a été remplacé par un homme dont le surnom est un programme en soi : « l'homme de fer », « Staline ». Ce dernier se veut être le partisan du socialisme sous sa forme la plus dure, tout en refusant la révolution permanente mondiale, au profit du « socialisme dans un seul pays ». De plus, en tant que premier secrétaire du parti, il cherche à imposer une absolue dominance politique de ce dernier, devenant le nouveau « tsar rouge ». Pour atteindre ses objectifs, il a procédé avec la plus extrême brutalité : il a « purgé » ses ennemis au sein du parti, il a développé un culte de la personnalité aux dimensions hallucinantes, il a pourchassé les petits propriétaires terriens, il a déporté et réduit des millions de « zeks » en quasi-esclavage pour assurer l'industrialisation et l'exploitation des ressources. Sa dernière action en date est ni plus ni moins que l'organisation d'une vaste famine en Ukraine, qui coûte en ce moment même la vie de millions d'ukrainiens...

L'Union Soviétique a encore beaucoup de chemin à faire toutefois. Son économie est en mauvais Etat, sa population n'est maintenue sous contrôle que par la peur, et son état-major pourrait être décapité depuis que Staline s'est mis en tête qu'il n'était composé que de traîtres. Néanmoins, le « petit père des peuples » pourra compter sur une industrie lourde colossale, sur des ressources virtuellement inépuisables, sur les meilleurs services secrets du monde et sur la simple masse de l'armée Rouge pour s'imposer. De nombreux adverses existent encore sur la route de la domination rouge de la planète ; il faudra le courage et le sacrifice de bien des camarades pour combattre les grands ennemis de l'URSS, notamment à l'ouest et à l'est, les Allemands et les Japonais...




États-Unis d'Amérique 
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : Herbert Hoover
Difficulté : 4/10 – Faible/moyenne

Les Etats-Unis. Le seul nom fait naître de grandes images : le pays de la liberté, le pays des possibilités infinies, le pays de la richesse facile, la patrie de la démocratie. Depuis cent cinquante ans la terre Américaine est l'espoir de masses d'immigrants qui y cherchent ces choses qu'on ne trouve que rarement ailleurs. La nation a fait un bout de chemin depuis l'époque coloniale ; désormais c'est un pays-continent, s'étirant d'un océan à l'autre, doté d'une population considérable, de ressources pléthoriques, d'une économie gigantesque, et d'un système politique très efficace. Certes, la crise économie qui fait rage depuis 1929 a gravement affaibli la dynamique nationale, mais cela n'est que temporaire. Après tout, « in God we trust ».
Au niveau international, les USA sont farouchement isolationnistes. La Grande Guerre leur a apporté peu de bénéfices en apparence, et les fils de Pennsylvanie ne sont guère enthousiaste à l'idée de repartir à l'extérieur de leur Etat. Après tout, que les autres se fassent tuer ! La démocratie est déjà bien implantée ici, et cela suffit. Les japonais ? Une plaisanterie. L'Allemagne ? Elle a déjà été vaincue ! L'URSS ? Elle s'effondrera tôt ou tard !
Gérer les Etats-Unis demandera un bon management d'une économie complexe mais puissante, et un gros effort sur les technologies afin de concrétiser le potentiel américain. Il faudra également convaincre les électeurs du bien-fondé de la défense de la démocratie à l'étranger... ou alors d'un changement de régime, afin de se tourner vers des principes nouveaux... Quoi qu'on fasse, les Etats-Unis sont assurément la première puissance mondiale en devenir – à moins qu'on l'en empêche.




Empire du Japon 
Régime politique : Autocratie
Dirigeant : Tenno Showa « Hirohito »
Difficulté : 6/10 – Moyenne

L'Empire du soleil levant est la plus grande puissance militaire asiatique. Jadis encore, les européens et américains regardaient de haut les habitants de l'archipel, mais depuis que ce dernier s'est ouvert aux savoirs et savoirs-faire étrangers, tout en réformant son Etat, depuis 1853, un chemin énorme a été fait. Désormais la puissance militaire japonaise est crainte dans toute l'Asie, jusqu'en Europe. Après tout, les soldats de l'empereur n'ont-ils pas humilié les russes en 1905 ? Depuis cette époque, l'influence japonaise s'est étendue en Corée, en Mandchourie et sur la côte est chinoise. Les nationalistes chinois ? Que peuvent-ils contre le vent divin de l'histoire ? Toute l'Asie devra se courber devant le Tenno !
Les défis du Japon sont multiples. D'une part, il doit conquérir des territoires afin de gagner les ressources nécessaires au fonctionnement de son économie, notamment, ressource vitale, le pétrole, sans lequel la puissante flotte impériale est totalement inutile. Deuxièmement, il est d'un intérêt vital au Japon d'empêcher l'émergence d'un puissant état moderniste chinois, qu'il soit nationaliste ou communiste, car les japonais risqueraient alors d'être broyés sous le nombre. Ensuite, il faudra éviter aux impériaux que s'organise une fatale alliance USA-URSS, face à laquelle il lui serait impossible de lutter.
Mais pour parvenir à ses fins, le Japon dispose d'une industrie de haut niveau, d'un peuple ingénieux et discipliné, d'une économie puissante et de chefs militaires de qualité. En jouant adroitement ces diables d'occidentaux les uns contre les autres, il devrait être possible de parvenir à réaliser la destinée du peuple japonais : la sphère de co-prospérité extrêmasatique.




Reich Allemand
Régime politique : National-Socialiste
Dirigeant : Adolf Hitler
Difficulté : 7/10 – élevée

Le Reich a été abattu en 1918 à l'issue de la plus terrible guerre de l'histoire de l'humanité, un gigantesque massacre de masse où la fine fleur de la jeunesse allemande est morte dans les tranchées en France. Vaincu, humilié, dépouillé de larges territoires aussi bien dans l'ouest que dans l'est, le pays a en plus subi une véritable guerre civile dans années après le conflit, tandis que communistes et ultradroitiers se combattaient dans les rues des grandes villes. Le régime politique démocratique qui est parvenu difficilement à se mettre en place ne disposait que d'une très faible légitimité, et d'innombrables ennemis : s'il y a bien une chose qui met d'accord les marxistes et les nazis, c'est la haine profonde qu'ils vouent à la république bourgeoise fondée par Friederich Ebert, le généreux social-démocrate qui y voyait l'espoir d'un avenir pacifié.
Pire : la crise économique de 1929 a précipité le pays dans une spirale de dettes et d'hyperinflation désastreuse, qui a laissé l'économie exsangue. 1931 a été une année terrible, et le désespoir du peuple est à son comble. Il voulait voter dur. Très dur.
Mais depuis quelques temps, l’inquiétude montait parmi les défenseurs de la république. Un homme au discours plein de haine et d'amertume, Adolf Hitler, a, à la tête du Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands (« Nazi »), réussi à rassembler de larges franges de la population sous sa bannière. Pour lui, il y a un bouc émissaire : le juif. Et ses alliés, le capitaliste occidental, et le bolchevique communiste. Tout trois se serviraient du système démocratique dégénéré pour asservir le peuple allemand, auquel les nazis entendent rendre sa dignité, peu importe si cela doit se faire sur une montage de cadavres.
Le 28 janvier 1933, face à la crise totale du système politique, Adolf Hitler a été appelé au gouvernement par le président Maréchal Von Hindenbourg.
A présent qu'il est arrivé au pouvoir, que va-t-il faire ? Va-t-il mettre en œuvre ses politiques ultraviolentes ? Va-t-il se révéler n'être qu'un populiste sans le « courage » de suivre jusqu'au bout sa rhétorique ? Ou alors, le président Von Hndenbourg va-t-il décider de l'éliminer avant qu'il ne devienne trop dangereux?
Le monde a les yeux fixés sur l'Allemagne, qui est à la croisée des chemins. Son industrie gigantesque, ses excellents savants, sa population disciplinée et son excellente armée sont autant de menaces pour ses ennemis...




Troisième république française
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : Edouard Daladier
Difficulté : 6/10 – moyenne

Le prix de la victoire de 1918 a été un fleuve de sang. La patrie a perdu ses plus nobles fils sur les champs d'honneurs de la Somme, de la Marne et de Verdun, face à une puissante invasion allemande. La victoire, emportée de haute lutte avec l'aide indispensable de ses alliés britanniques et américains, a laissé le pays exsangue : millions de morts et de mutilés, industrie détruite, endettement considérable, crise politique. La crise économique 1929 n'a pas touché aussi violemment la France, mais ses effets pourraient y être plus durables qu'ailleurs.
La IIIème république française bat de l'aile. Les gouvernements se succèdent les uns aux autres à un rythme effréné – près de cinq en la seule année 1932 ! Le parti communiste est puissant à gauche, tandis que des mouvements de droite dure, comme les Croix-de-Feu ou la Cagoule, contestent le régime et aimeraient s'inspirer de l'Italie pour la France. Au niveau international, la France a mis en place une politique profondément antiallemande, misant sur des alliances avec les nouveaux pays de l'est, Pologne, Tchécoslovaquie, Roumanie, et promettant de faire payer à l'Allemagne les fameuses réparations de guerre, qui grèvent le budget de cette dernière. Le réseau stratégique française pourrait bien s'effondrer si l'Allemagne relevait la tête, et il n'est pas sûr que le britanniques prendraient le risque de soutenir la France. C'est plutôt cette dernière qui a suivi sans réfléchir les anglais dans toutes leurs décisions depuis quelques années.
Afin de faire sortir le pays de l'ornière, le nouveau président du conseil, Edouard Daladier, devra prendre des mesures fermes : assurer la prospérité à l'intérieur en relançant l'industrie et en calmant les mouvements sociaux, développer une politique internationale cohérente et efficace, et enfin assurer le développement du gigantesque empire colonial française. Après tout, la Grande Nation dispose encore d'une puissante économie, de grands chercheurs, d'un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais, et d'une armée considérée comme la meilleure en Europe. Pourquoi devrait-elle donc disparaître en ces années troublées ?



Royaume-Uni 
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : Ramsay MacDonald
Difficulté : 4/10 – moyenne

La Grande-Bretagne a été la principale puissance mondiale durant le XIXème siècle. Aujourd'hui encore, elle est probablement l'une des plus grandes puissances mondiales, avec une considérable influence sur tous les continents. Durant la Grande Guerre, les soldats britanniques sont morts au champ d'honneur en France, et sa marine a tenu en échec la flotte impériale allemande, assurant en définitive la victoire par épuisement de l'Allemagne. Après la victoire, les anglais se sont retirés sur leur île, renonçant rapidement aux dommages de guerre, pour se concentrer sur l'important : leur empire.
Grâce à son industrie gigantesque, son empire colonial, le plus grand de tous les temps, son armée ultramoderne et sa marine colossale, son régime politique incroyablement stable et performant, le Royaume-Uni dispose de nombreux atouts qui lui permettront d’asseoir sa situation. Toutefois, certains disent que son apogée est passée, et que l'Empire devra surtout défendre ses possessions : en Asie, les japonais ont des vues immenses, et en Europe les Allemands risquent de tôt ou tard remettre en cause l'ordre de 1919. De plus, les grands dominions britanniques, le Canada, l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande sont quasiment des Etats entièrement indépendants, n'ayant plus qu'une allégeance assez lâche à la Couronne.
Comment se développera la situation pour la Grande-Bretagne ? Parviendra-t-elle à maintenir l'intégrité de l'Empire ? S'impliquera-t-elle de nouveau en Europe en cas de nouvelle guerre mondiale ? Les défis s'imposant au peuple britannique sont considérables : participer à la sécurisation des océans de la planète, protéger la démocratie, assurer ses intérêts, et en définitive, assurer l'honneur du roi d'Angleterre!




Royaume d'Italie :
Régime politique : Fascisme
Dirigeant : Benito Mussolini
Difficulté : 6/10 – moyenne

L'histoire récente de l'Italie est troublée. Pays divisé depuis des temps anciens, elle a été unie au XIXème siècle par les Piémontais, et s'est modernisée, pour devenir une puissance européenne. Alliée de l'Allemagne, elle fera défection durant la Grande Guerre, et rejoindra les alliés, entraînant une sanglante guerre dans le nord-est contre l'armée impériale austro-hongroise, guerre qu'elle faillit perdre. Le refus de ses partenaires de lui adjuger en 1919 les zones de la côte Dalmate qu'elle considérait comme lui revenant de droit a fait scandale, et on a parlé de « victoire mutilée ». Les partis extrémistes ont profité de cela, et les années d'après-guerre ont étés marquées en Italie par de fortes violences. Un certain Benito Mussolini, dont le mouvement « fasciste », brutal et anticommuniste, a réussi à s'imposer après une marche sur Rome en 1922 qui a forcé le roi d'Italie à le laisser accéder au gouvernement. Depuis maintenant plus de dix ans, Mussolini a transformé profondément l'Etat italien. Ce dernier est désormais totalitaire : il n'accepte aucune opposition. La société toute entière est embrigadée dans de vastes mouvements populaires, et les visées impérialistes de Mussolini l'ont amené à lancer une forte militarisation. Les corporations ont fortement profité des commandes militaires, et il se pourrait que les italiens se saissent par la force de ce qui leur a été refusé par la diplomatie ! Après tout, comme le dit souvent le Duce, l'Italie n'est-elle pas l'héritière de Rome ?
Les défis italiens sont multiples. D'abord, trouver le système d'alliance qui lui sera le plus avantageux afin d'assurer sa sécurité diplomatique. Ensuite, développer les forces armées, notamment l'aviation et l'armée de terre, afin de les amener aux standards modernes. Et, évidemment, faire se relever l'économie des conséquences négatives de l'isolationnisme forcené de ces dernières années. Les corporations italiennes sont fortes ; il est temps de leur donner des marchés. Du reste, il est temps de satisfaire l'irrédentisme Italien : toute l'Adriatique doit être à l'ombre du drapeau romain ! Viva il duce !



République de Pologne
Régime politique : démocratie autoritaire - bonapartisme
Dirigeant : Jozef Pilsudsky
Difficulté : 7/10 – moyenne-difficile

La Pologne n'a pas encore péri ! Telles sont les paroles de la Marche de Dobrowksi, l'hymne national polonais. Non, la Pologne n'a pas encore trépassé, mais l'avenir de la république polonaise est sombre. Après un siècle de disparition des cartes, la grande nation polonaise a retrouvé son indépendance suite à la première guerre mondiale. Mais ça n'était pas les fin des épreuves ; une éprouvante guerre contre l'Union Soviétique dans les années 20 a failli emporter la fragile république, dont les institutions ont rapidement sombré dans l'autoritarisme. Qui plus est, à sa frontière occidentale, les allemands n'ont pas accepté le fait que les environs de la ville de Dantzig ainsi que la Haute-Silésie soient transférés à la Rzecspospolita, ces zones étant en majorité peuplées d'allemands ! Heureusement, récemment, le coup d'Etat allemand qui a jeté à bas le nazisme semble avoir calmé les ardeurs expansionnistes germnaniques.
Malheureusement ça n'est pas tout : dans le nord-est, les lituaniens revendiquent la province de Vilno, la capitale historique de leur pays. Enfin, comme si ça n'était déjà un poids suffisant, la Pologne est un pays économiquement arriéré, manquant d'infrastructures, et, s'il possède d'excellents savants, n'a pas les moyens de les faire travailler convenablement ! L'armée polonaise, nombreuse, est mal équipée et mal entraînée, et aura de toutes façons des difficultés à combattre étant donnée la situation stratégique désastreuse du pays.
Un chef polonais aura une tache gigantesque. Il devra moderniser le pays à tous les niveaux, réorganiser les forces armées, lancer la recherche, et surtout intégrer la Pologne dans un réseau d'alliances – sans quoi, coincée entre l'Allemagne et l'URSS, elle risque de disparaître tôt ou tard...


République des États-Unis du Brésil
Régime politique : Corporatisme autoritaire - Péronisme
Dirigeant : Getulio Vargas
Difficulté : 5/10 – moyenne

Le Brésil est traditionnellement une grande nation agraire. Son économie de plantation de caoutchouc et de café a apporté une grande richesse au sud du pays, tandis que l'industrie légère de la côte est produit assez de biens pour faire fonctionner le pays à minima. Mais on préfère recourir à l'importation de produits industriels. Au niveau politique, la tradition brésilienne est celle d'une république agitée, où périodes de démocratie oligarchiques et périodes de dictature se succèdent.
En cette année 1933, cela fait trois ans que le populiste dictateur Getulio Vargas est au pouvoir. Mais il n'est pas un « caudillo », un « homme fort » ordinaire ; issu d'une famille modeste, il est conscient de l'arriération de son pays, mais aussi de sa masse. Par conséquent, il désire moderniser l'immense Brésil. A tout prix. Dans tout les domaines. Depuis son arrivée au pouvoir, il s'est acharné à stimuler le développement industriel, le développement technologique, la modernisation des troupes et le développement d'acquis sociaux pour les travailleurs, lui faisant gagner le sobriquet de « père des pauvres ». Un fort culte de la personnalité est également en train de se développer autour de lui.
Au niveau international, même si son régime est teinté à gauche – ce qui peut changer, Getulio Vargas n'étant pas du genre à s'emprisonner dans des idéologies –, le Brésil peut compter sur la neutralité des Etats-Unis, et sur des investissements en provenance de pays européens et américains ; après tout, il s'agit d'un marché gigantesque, et les risques sont modérés. Son armée est, pour l'Amérique du sud, nombreuse et bien organisée, et il n'aura pas de peine à devenir un acteur incontournable sur les bords de l'Atlantique s'il s'en donne les moyens.



République Argentine
Régime politique : Démocratie autoritaire - bonapartisme
Dirigeant : Agustin Pedro Justo
Difficulté : 5/10 – moyenne

L'Argentine est la nation la plus riche et la plus développée de l'ancien empire colonial espagnol. Ce grand pays austral s'étend de la Terre de Feu jusqu'aux cimes des Andes boliviennes, et est peuplé de près de dix millions d'habitants. Au cours du XIXème siècle, il a connu une forte expansion vers le sud (la « conquête du désert ») et l'ouest, tandis qu'il a mené plusieurs guerres contre le Brésil et le Paraguay. En cette première moitié du XXème, en plus de sa bonne agriculture, l'Argentine a réussi à s'industrialiser ; elle fait partie des nations les plus industrialisées au monde ! Les centres de production de Buenos Aires, Cordoba et Mar del Plata sont inégalés en Amérique latine. Toutefois, au niveau politique, elle souffre d'une instabilité chroniques ; les périodes démocratiques succèdent à un rythme rapide aux dictatures militaires.
Le nouvel homme fort argentin, le président Agustin Justo, parviendra-t-il à assurer la pérennité de son régime autoritaire ? De grands défis se présentent devant lui : alors que les nuages de la guerre s'amoncellent en Europe et en Asie, il y a en Amérique du sud l'opportunité pour la nation Argentine de s'imposer. Son seul rival est le Brésil, mais il est bien plus arriéré. Justo parviendra-t-il à développer davantage le pays ? Choisira-t-il un camp dans les guerres qui s'annoncent ? Comment se souviendra-t-on de cette époque : comme de « l’infâme décennie »... ou comme de la « glorieuse décennie » ?



Royaume des Pays-Bas
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : Charles Ruijs Van Beerenbrouck
Difficulté : 6/10 – moyenne

Jadis, les Pays-Bas étaient une puissance mondiale. Mais ces jours sont terminés depuis bien longtemps. Récemment encore, l'économie néerlandaise a lourdement souffert de la crise déclenchée en 1929 aux Etats-Unis. Dépendant du commerce, place boursière majeure, puissance coloniale, les Pays-Bas étaient très exposés aux conséquences du crash boursier, qui a plongé le pays dans de grâves difficultés. La population a été fortement appauvrie, les entreprises ont étés affaiblies, et malgré les dividendes des gigantesques et incroyablement riches Indes Néerlandaises, le pays a subi des convulsions et des années difficiles. Cela a vu l'émergence de partis ultranationalistes et fascisants, ainsi qu'un développement du parti communiste. Toutefois, le parti catholique modéré est resté au pouvoir, et poursuit une politique prudente.
Neutre durant la première guerre mondiale, dépendant du commerce, et militairement insignifiant, le petit royaume parviendra-t-il à s'en sortir en cette période de grands troubles ? Ou alors sera-t-il emporté par les flots de l'histoire ?




Royaume de Belgique
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : Charles de Broqueville
Difficulté : 5/10 – moyen

La Grande Guerre a imposé au royaume de Belgique une terrible saignée. Presque tout son territoire a été occupé l'armée impériale allemande, et le peuple Belge a du livrer à Ypres de terribles batailles, avec ses alliés français et britanniques. Depuis, la Belgique s'est reconstruite, et demeure globalement stable malgré les contestations des mouvements d'extrême droite, le rexisme et le VNV. De plus, elle est divisée entre Flandre et Wallonie ; déchirée, elle pourrait devenir incontrôlable politique ! Ce petit pays lourdement industrialisé et scientifiquement développé a pourtant le potentiel pour jouer un rôle important, tandis que son unique colonie, le Congo Belge, est une terre incroyablement riche.
Face aux menaces qui s'annoncent à l'horizon, que va faire la Belgique ? Pourra-t-elle relancer son économie affaiblie par la crise de 1929 ? Va-t-elle retourner à sa neutralité ? Va-t-elle développer l'alliance avec la France ? Ou alors se tourner vers d'autres partenaires ?




Commonwealth du Canada
Régime politique : démocratie libérale
Dirigeant : Richard B. Bennett
Difficulté : 2/10 – Simple

Le Canada est la plus grande ancienne colonie Britannique. Depuis le début du siècle, son statu a évolué vers une quasi-indépendance – mais, malgré cela, il reste sans doute la plus « anglaise » des terres de l'Empire, malgré la nature foncièrement francophone du Québec. Au cours de la Grande Guerre, le Canada a payé le prix du sang pour l'Angleterre, envoyant un important contingent mourir dans les tranchées. Depuis, le pays s'est développé : l'immigration et l'industrialisation croissante ont permis à cette nation-continent de s'enrichir considérablement. Son armée est petite, mais moderne et bien entraînée, et il peut compter sur le soutien des autres pays du Commonwealth britannique. Aucun doute, si jamais une guerre devait se reproduire en Europe, le Canada sera aux côtés du Royaume-Uni !
Un dirigeant Canadien devra prendre à cœur de développer l'ouest du pays, ces immenses plaines et les grandes ressources des Rocheuses pourront être alors exploitées, et l'industrie canadienne décollera réellement. Au sud, les Etats-Unis sont un important partenaire. Et, du reste, une diplomatie habile permettra peut-être de réunir au Canada la colonie de Terre-Neuve-et-Labrador d'accroître l'influence du pays au sein du Commonwealth... Ô Canada !




République de Chine (nationalistes) :
Régime politique : Autocratie
Dirigeant : Chiang Kai-Shek
Difficulté : 8/10 – difficile

La Chine est une nation ancienne. Depuis plus de deux mille ans les chinois ont établi un puissant empire, et ont eut à combattre régulièrement les étrangers et la barbares qui tentaient de les réduire en esclavage. Dernièrement encore, ils se sont débarrassés en 1912 du joug de la dynastie étrangère Mandchoue ô combien détestée, établissant la République de Chine. L'idée est de créer une Chine forte, qui soit capable de mettre un terme aux empiétement des occidentaux et surtout des japonais, qui ont des vues impérialistes et ont déjà entrepris d'arracher des régions frontières.
Depuis que son fondateur, le docteur Sun Ya-T'sen a quitté le pouvoir, la République a toutefois sombré dans l'anarchie ; des seigneurs de la guerre ont levé des armées privées, et contrôlent de grande parties du territoire, et le chaos règne sur la terre. Toutefois, un homme fort s'est positionné à la tête du parti nationaliste Kuomingtang, le généralissime Chiang Kai-Shek. Son objectif : mettre à bas la domination des seigneurs de la guerre, créer un gouvernement central autoritaire, et rendre la Chine moderne, réellement forte et surtout indépendante.
Pour parvenir à ses fins, la tâche du généralissime est colossale : il doit moderniser une industrie arriéré, équiper et discipliner une vraie armée, assurer la règne du parti, tenir à distance les étrangers à l'extérieur, vaincre les seigneurs de la guerre, les communistes et les infiltrations japonaises à l'intérieur. Après tout, ne sait-on jamais si les japonais ne tenteront pas une invasion dans les règles de l'empire du Milieu ?

La Chine est l'un des pays les plus difficiles à jouer. Elle est clairement non-recommandée aux débutants.



République d'Espagne :
Régime politique : Social-démocratie
Dirigeant : Manuel Azana
Difficulté : 8/10 – difficile

L'Espagne a raté son entrée dans la modernité. Depuis 250 ans, le pays subi défaite sur défaite, a du abandonner la quasi-totalité de ses colonies, et subi au niveau intérieur de graves troubles sociaux, qui ont résulté en 1931 en une révolution qui a renversé la monarchie des bourbons, et établi une république. Toutefois, celle-ci est prise en porte-à-faux entre la puissance menaçante toujours grandissante du parti communiste et des syndicats anarchistes, et le mécontentement croissant des grands propriétaires terriens Andalous et des industriels du nord du pays. Comme si ça n'était pas déjà suffisant, le commandant-en-chef de l'armée de terre, le général Sanjurjo, a fomenté en 1932 un putsch qui a failli emporter la république ! Depuis, l'armée s'agite fébrilement – ça n'est qu'une question de temps avant que la prochaine tentative de coup d'Etat n'ait lieu.
Pour sauver la république espagnole, il faudra un grand homme d'Etat, qui puisse parvenir à se débarrasser de l'emprise des forces opposées, faire entrer l'économie nationale dans l'ère moderne, et surtout éviter la guerre civile qui semble chaque jour plus inévitable. Qui est prêt à relever ce grand défi ?


Dernière édition par Syllas le Mer 22 Mai - 19:02, édité 13 fois

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste et description des factions, par importance

Message  Syllas le Jeu 7 Juin - 20:45

Puissances secondaires :



Royaume de Hongrie 

Régime politique : démocratie autoritaire - bonapartisme
Dirigeant : Hòrthy Miklòs
Difficulté : 8/10 – Difficile

La nation hongroise est à genoux. Humiliée, brimée, dépecée après le répugnant traité de Trianon en 1919, elle a perdu les deux tiers de son territoire, et la moitié de sa population. Ses voisins du nord, du sud et de l'est se sont regroupés en une « petite entente » dont l'objectif est de l'empêcher de jamais reprendre ses terres. A l'intérieur, les communistes ont failli prendre le pouvoir, avant d'être chassés par les roumains – une humiliation de plus.
Depuis cette tragédie, l'amiral d'un pays sans marine, le régent Horthy Miklos, est à la tête d'un royaume sans roi. Il mène une politique très conservatrice, et tente de faire remonter la pente à la nation, avec un succès mitigé. Cela alors qu'il lui reste des atouts ! Budapest dispose de grandes zones industrielles, de scientifiques de qualités, et le régent a sous ses ordres une armée de qualité.
Pourra-t-il parvenir à rétablir la Hongrie au rang qui était le sien par le passé ? Il lui faudra renforcer encore l'économie nationale, briser l'isolement diplomatique du pays, canaliser les frustrations du peuple magyar, et agir adroitement. Toutefois, tant que la Sainte-Couronne est là et que le peuple hongrois est uni, rien ne pourra l'arrêter !




République Tchécoslovaque :

Régime politique : démocratie libérale
Dirigeant : Tomas Garrigue Masaryk
Difficulté : 6/10 – moyen

La Tchécoslovaquie est un Etat construit. Elle est apparue en 1918 après la défaite de l'Empire Austro-hongrois, reprenant la Bohème, la Slovaquie et la Ruthénie transcarparthique : il s'agit d'une nation formée de trois peuples, par ordre l'influence : les Tchèques, les Slovaques et enfin les Ruthènes. Toutefois, établir cet Etat n'a pas été sans conséquences : Presque tout ses voisins ont des prétentions sur son territoire ! Les Allemands ont peut-être cessé de réclamer officiellement les Sudètes, une vaste bande de terre à la frontière ouest, mais ces régions restent germanophones, les autrichiens la région de Plzen (Pilsen en allemand), les polonais la Silésie Tchèque, et enfin, les hongrois, toute la Slovaquie, qu'ils nomment Haute-Hongrie ! Toutefois, tout n'est pas perdu : la Tchécoslovaquie est en effet le plus riche et le plus puissant des États d'Europe centrale ; son industrie de bon niveau, une bonne technologie, son armée de qualité et son système politique démocratique et performant en font un Etat perrenne. Mais, assurément, la meilleure garantie de sa sécurité est son réseau d'alliance : au sud, la Roumanie et la Yougoslavie, à l'ouest, la France. Parviendra-t-elle peut-être aussi à trouver un terrain d'entente avec le nouveau gouvernement démocratique de l'Allemagne?
Face à ses voisins menaçants et à de potentiels problèmes internes, la Tchécoslovaquie parviendra-t-elle à se maintenir et à se développer ? Saura-t-elle rejeter les prétentions sur son territoire ? Ou alors la marche de l'histoire l'écrasera-t-elle ?


Royaume de Suède :

Régime politique : Social-démocratie
Dirigeant :Per Albin Hansson
Difficulté : 3/10 – Simple

La Suède a un passé glorieux. Jadis son drapeau bleu et or flottait sur toute la Baltique ! Mais ce temps est révolu. Depuis deux siècles elle a reculé, perdant la Livonie, la Finlande, l'Aland, la Norvège... Désormais il ne reste plus que son territoire proprement dit. C'est une terre nordique, couverte de forêts, peu industrialisée, exploitant massivement ses grandes richesses minières. La Suède, depuis le début du siècle, a choisi la voie de la social-démocratie. Elle a développé un Etat généreux, protecteur des pauvres, phare de la démocratie. Ses entreprises sont performantes, la technologie nationale est bonne, et le pays est en paix avec ses voisins – les sujets du roi de Suède peuvent dormir sur leurs deux oreilles.
Cela, naturellement, si le cap actuel est maintenu. Mais, après tout, la nation gagnerait à récupérer son influence passée ; ses voisins sont faibles, et pourraient facilement entrer dans sa sphère d'influence économique, notamment le peuple-frère Finlandais, menacé par l'ours russe... cela tandis que l'armée, correctement modernisée, pourrait devenir l'une mieux entraînées d'Europe. Quittera-t-elle sa neutralité plus que séculaire ? Parviendra-t-elle à préserver un modèle social humaniste et généreux ? En ces temps sombres, rien n'est certain...


Royaume de Yougoslavie
Régime politique : Autocratie
Dirigeant : Aleksandr Ier
Difficulté : 6/10 – moyenne

La Yougoslavie a eu une histoire difficile. Elle est née en 1918 de la fusion du royaume de Serbie et du royaume du Monténégro avec les anciens territoires autrichiens de Bosnie, Croatie et Carniole, créant le Royaume des « slaves du sud ». Comme son nom l'indique, c'est un État multi-éthnique, multiconfessionnel, à la construction complexe. Ce territoire a été à l'origine de la Première guerre mondiale, et maintenant encore, des tensions subsistent : les Italiens revendiquent de vastes régions côtières Dalmates, tandis que Bulgares et Hongrois revendiquent respectivement des territoires en Macédoine et en Voïvodine.
De nos jours, la Yougoslavie est un pays instable. Les partis politiques ne sont pas matures, le roi est tout-puissant, les tensions ethniques ne sont pas loin... De plus, l'économie Yougoslave demeure arriérée : l'agriculture de subsistance est prédominante dans de nombreuses régions, notamment dans le sud du pays. Souvent l'industrialisation ne dépasse pas les faubourgs de Belgrade, Zagreb et Ljubljana. Enfin, l'armée yougoslave, quoique courageuse, est lamentablement organisée, et tout bonnement arriérée.
Le roi de Yougoslavie va avoir une tâche considérable afin de préparer son pays aux troubles futurs qui risqueront de balayer l'Europe. Il faudra lancer un grand effort de modernisation économique et militaire, crée un système politique stable, et parvenir à gérer les différends frontaliers avec les pays voisins. Parviendra-t-il à faire de son pays une puissance européenne ?


Royaume de Roumanie :

Régime politique : Autocratie
Dirigeant : Carol II.
Difficulté : 7/10 – difficile

Le royaume de Roumanie a fortement bénéficié de la Grande Guerre. Il l'a rejoint tard, s'est fait anéantir par les armées autro-hongroises, mais à la sortie du conflit, il a récupéré deux territoires qui ont presque doublé sa superficie : la Transylavie et la Bessarabie. Depuis lors, le pays a avancé : son armée est nombreuse (quoique mal équipée), son économie est prospère grâce à la bénédiction pétrolière : la Roumanie est le deuxième producteur de pétrole au monde ! Malgré ces points positifs, des menacent existent : au sud, la Bulgarie réclament le port roumain de Constança, à l'ouest, les hongrois n'ont pas digéré la perte de la Transylanie, tandis qu'au nord-est, les soviétiques sont une menace mortelle...
Le roi de Roumanie devra effectuer un travail considérable, afin de créer un régime politique plus performant et moins corrompu, de réduire la dépendance de l'économie roumaine au pétrole en industrialisant la Valachie et la Transylvanie, et de façon générale moderniser à tout les niveaux l'armée et l'administration. En sera-t-il capable ?


Fédération Australienne :
Régime politique : Démocratie libérale
Dirigeant : John MacEwen
Difficulté : 4/10 – moyen

L'Australie a commencé comme colonie pénitentiaire britannique sur le site de l'actuel Sydney, et à partir de ce petit noyau, est devenue un gigantesque dominion. Gigantesque, certes, mais critiquement peu peuplée : sur un continent entier, seuls six millions d'Australiens exploitent les considérables ressources minières disponibles. Maintenant encore, une bonne partie de l'ouest du pays ne possède qu'une infrastructure rudimentaire, et il sera nécessaire de préalablement la développer afin d'augmenter l'industrialisation de l'Australie. Jusqu'ici l'essentiel de l'économie se concentre dans le sud-est, autour de Sydney et de Melbourne. Quant à l'armée australienne – elle est bonne. Aguerrie : durant la Grande Guerre, c'est le contingent Australien et Néo-Zélandais, l'ANZAC, qui a subi les plus fortes pertes de tous les alliés en proportion ! Autant dire que lorsqu'il faut mourir pour la couronne, l'australien sera le premier à monter au combat, et le dernier à tomber !
Afin de garantir la sécurité et la prospérité de l'Australie dans les années à venir, le dirigeant du pays devra développer l'énorme potentiel minier du centre et de l'ouest, tout en stimulant la création d'une vraie industrie indigène. En plus, si jamais il venait à y avoir une guerre dans le Pacifique, une Australie ambitieuse pourrait se tailler une grande zone d'influence. Beaucoup de chemin est à parcourir, mais le destin de l'Australie est là, n'est-ce pas ?


Union sud-Africaine :
Régime politique : démocratie conservatrice
Dirigeant : J.B.M. Hertzog
Difficulté : 3/10 – simple

L'Afrique du sud est une terre au passé troublé. Ancienne colonie hollandaise, elle a été conquise par les britanniques durant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes. Se sentant marginalisés par les anglais, les colons d'origine, les boers, sont partis dans les terres sauvages durant le Grand Trek. Ils y ont établi des Etats indépendants, que les britanniques ont très difficilement conquis au début du siècle. Pourquoi cela ? A cause des immenses richesses minières de l'Afrique du Sud ! Cette terre dispose de réserves d'or, de diamants et de minerais rares virtuellement inépuisables, et cela excite la convoiise... Durant la Grande Guerre, sous le commandement de l'ancien général boer Jan Smuts, les sud-africains se sont emparés de la colonie allemande du Sud-Ouest Africain, et se sont affirmés comme de loyaux sujets de sa majesté. Depuis, le développement économique de l'Union Sud-Africaine, qui s'est constituée en démocratie sur le modèle britannique, se poursuit.
Dépourvus de menace directe sur leur territoire, quel sera l'avenir des sud-africains ? Comment évoluera leur attitude envers la population noire, majoritaire ? Poursuivront-ils leur industrialisation effrénée ? Parviendront-ils à s'imposer au même titre que le Canada comme un membre important du Commonwealth, où alors ne resteront-ils qu'un satellite de plus de l'empire britannique ?


Etats-Unis Mexicains :
Régime politique : Social-démocratie
Dirigeant : Abelardo L. Rodriguez
Difficulté : 6/10 – moyen

Le Mexique est une grande nation. Son passé est glorieux, il plonge dans les racines du puissant empire Aztèque. La conquête espagnole a apporté au pays le catholicisme et la langue espagnole, créant une forte identité. Jusqu'au milieu du XIXème siècle, l'essentiel du sud-ouest des actuels Etats-Unis était une partie du Mexique ! Toutefois, depuis lors, la nation mexicaine est en délitement : elle a perdu le Texas, la Californie, le Nouveau-Mexique et l'Arizon, tandis que son industrie demeure largement arriérée, son système politique, plutôt démocratique, est profondément corrompu, et politiquement parlant, il demeure dépendant des Etats-Unis.
Alors que le reste de la planète risque d'être bientôt pris dans de terribles conflits, quel chemin prendra le Mexique ? Le président Rodriguez parviendra-t-il à faire du vieux pays une puissance digne de ce nom, en imposant son indépendance face aux USA, et en devenant un leader en Amérique ? Trouvera-t-il des alliés, des moyens de se moderniser ? L'avenir le dira...

République de Turquie :

Régime politique : Démocratie autoritaire - bonapartisme
Dirigeant : Mustapha Kemal « Atatürk »
Difficulté : 5/10 – Moyen

La Turquie possède une histoire glorieuse: l'empire ottoman, après avoir vaincu péniblement les restes de l'empire byzantin (grâce à l'inattendue aide de la IVème croisade des perfides latins), a été la superpuissance occidentale du XVème et XVième siècle, et contrôlait des terres de la Crimée à Aden, et d'Alger à Bagdad. Mais cette époque là est révolue: en 1918, l'empire ottoman a perdu la seconde guerre mondiale, où il combattait du côté des autrichiens, bulgares et allemands. A cause de cela, il a perdu la Syrie, l'Irak, la Palestine et le Hejaz, tandis qu'un plan prévoyait même de dépecer l'Anatolie!
C'est à ce moment qu'un homme a surgi des tourbillons de l'histoire: le général victorieux Mustapha Kemal. Ce dernier pris la barre dun pays dérivant, vainquit ses ennemis grecs, italiens et arméniens, et établi la nouvelle République de Turquie. Il abolit le sultanat et le califat, et lança un plan de modernisation tout bonnement colossal: passage à l'alphabet latin, création de nouvelles instiuttions, enseignement universel et gratuit, armée moderne, égalité homme-femme (et droit de vote des femmes, avant de nombreux Etats européens), séparation de l'église de l'Etat et laïcisme.
Celui qu'on surnomme le "père des turcs", "Atatürk" règne maintenant depuis plus de quinze ans sur un pays qui a profondément changé. La nation turque est entrée dans la modernité, mais, militairement parlant, demeure inférieure aux nouvelles puissances. Parviendra-t-il à poursuivre sa politique ambitieuse? Sera-t-il en mesure de rendre à la Turquie sa gloire passée? L'époque est troublée, mais, porté par Allah et le progrès, la nation doit reprendre son lustre!




République de Finlande :

Régime politique : Démocratie conservatrice
Dirigeant : Toivo Mikaël Kivimäki
Difficulté : 8/10 – difficile

La Finlande est une jeune nation. Jadis encore, c'était une partie du royaume de Suède, jusqu'à ce que les russes arrachent le territoire aux suédois, et y restent pendant plus d'un siècle. Malgré cela, une forte population suédoise est restée, et les deux peuples se considèrent comme des peuples frères. Il en va tout autrement avec les russes : avoir été une partie d'un empire centraliste et écrasant les tendances régionales a durement marqué les finlandais, qui après une sanglante guerre d'indépendance suivie d'une guerre civile, ont profité de l'effondrement de la Russie en 1917-1918 pour ériger la Finlande en Etat indépendant. C'est une petite nation, peu industrialisée et située dans l'extrême nord est de l'Europe. Son gouvernement, démocratique, est dominé par la figure de l'ancien président Karl Gustav Mannerheim, général auréolé de gloire et protecteur de la république.
La petite Finlande sera-t-elle en mesure de protéger sa démocratie, alors qu'elle a à ses portes le totalitarisme soviétique ? Se laissera-t-elle impressionner par les menaces que fait peser l'armée rouge sur la Carélie ? Il reviendra au premier ministre Toivo Kivimäki de développer le pays, notamment son armé, afin d'être prêt à tout, et de manœuvrer adroitement entre les blocs afin d'assurer la sauvegarde de la chose la plus chère au cœur des finlandais : leur indépendance.




Empire de Perse :

Régime politique : Autocratie
Dirigeant : Reza Khan
Difficulté : 8/10 – Difficile

La Perse est probablement l'un des plus vieux empires au monde. Depuis l'époque de Cyrus le Grand, les Shahs persans règnent sur la terre au-delà des monts Zagros. Convertie à l'Islam, la Perse est devenue un des plus brillants centres de la civilisation musulmane, ainsi que l'un de ses principaux cœurs politiques. En plus, en tant qu'unique pays entièrement chiite, la Perse est une référence pour cette communauté partout dans l'Islam.
Mais pour l'instant, la Perse vit dans le passé. En effet, le pays est totalement arriéré économiquement, militairement et politiquement, et seule son immensité et sa situation entre les sphères d'influence britanniques et russes, qui se sont divisés le pays. Le pétrole, grande richesse de la terre d'Iran, est passé sous la coupe de l'entreprise Anglo-Iranian Oil.
Les travaux à mener pour faire de la Perse une puissance sont gigantesques ! Reza Khan, le Shah, ancien officier parvenu au pouvoir par un coup d'Etat, est déterminé toutefois à moderniser cet immense territoire. Y parviendra-t-il ? Ce sera difficile, mais, si Allah le permet, le Moyen-Orient se courbera de nouveau devant le Lion et le Soleil !


Dernière édition par Syllas le Mar 21 Mai - 19:35, édité 4 fois

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste et description des factions, par importance

Message  Syllas le Dim 10 Juin - 0:29

Ajout de la faction: Nationalistes espagnols

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste et description des factions, par importance

Message  Syllas le Lun 2 Juil - 12:36

Mise à jour: modification des niveaux de difficulté, ajout de l'Allemagne, retrait de l'Italie, de l'Argentine, du Mexique, du Brésil et de l'Espagne républicaine.

_________________
[img][/img]

Vanitas vanitatum - La gloire est le soleil des morts. (Balzac)

Shikata ga nai

Syllas
Admin

Messages : 2300
Date d'inscription : 22/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://yearsofglory2.forumculture.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste et description des factions, par importance

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum